Bec de lièvre: Une vingtaine de cas sociaux pris en charge

Grâce à l’action concertée de l’Organisation ivoirienne pour la Parole et l’Audition (Oipa) et l’Ong italienne Naduk, une vingtaine de personnes atteintes par le bec de lièvre seront gratuitement prises en charge.

Le lancement des journées chirurgicales consacrées au bec de lièvre, a eu lieu le 24 août à Cocody. Ces journées consistent en la prise en charge gratuite d’une vingtaine de cas sociaux atteints par cette pathologie.Ces derniers bénéficieront d’opérations chirurgicales réparatrices entièrement gratuites sur la période du 26 au 29 août. Ce projet a été rendu possible grâce au partenariat entre  l’Organisation ivoirienne pour la parole et l’audition (Oipa) et l’Ong italienne Naduk. Les interventions seront effectuées par l’équipe du Pr Emmanuel Konan, chirurgien maxillo-faciale au Chu de Treichville. Lors d’une conférence qu’il a animée au cours de la cérémonie de lancement, le Pr Emmanuel Konan a déploré tous les préjugés qui entourent encore cette pathologie. «Ce mal est encore considéré comme un sort dans de nombreuses communautés.A cause de la déformation faciale qu’elle provoque, cette maladie fait honte ou est assimilée à une malédiction», a-t-il regretté.  Cette situation, a-t-il fait savoir, ne favorise pas les consultations médicales liées à ce mal. Par ailleurs, a-t-il poursuivi, les spécialistes formés pour la prise en charge du bec de lièvre ne sont pas nombreux. «Pendant longtemps, ce sont des opérations humanitaires en provenance de l’extérieur qui se rendaient en Côte d’Ivoire pour réaliser ces interventions chirurgicales », a-t-il expliqué. Il a appelé à ne pas stigmatiser les porteurs de cette pathologie qui, a-t-il assuré, n’est pas mortelle et peut trouver une solution à travers des interventions chirurgicales correctives.Afin de réduire les risques de contraction, il a recommandé un bon suivi prénatal lors des grossesses, et conseillé d’éviter les facteurs à risques tels que l’âge avancé des géniteurs  l’alcool ou le tabac.
DRAMOUS YÉTI
 
 
Source: FRATERNITE MATIN